Le danger du nucleaire, notre epee de Damocles (2/5)

dossier nucleaire

L’histoire nous a appris à quel point manipuler l’atome peut s’avérer dangereux. Que ce soient les bombes atomiques à Hiroshima & Nagasaki en 1945 ou les accidents sur les centrales de Tchernobyl et Fukushima, les conséquences se sont à chaque fois avérées désastreuse. Pour l’environnement et les populations, nous continuons toujours d’en payer le prix fort. On pourra toujours se dire que les bombes ont été envoyées sciemment, que l’Ukraine n’était pas très rigoureuse dans la gestion de ses équipements ou encore que le Japon est quand même culotté de construire des centrales dans ces régions. Alors le danger du nucléaire, mythe ou réalité ?

Le danger du nucleaire symbolise par une histoire…accidentee…

Fukushima, Tchernobyl, Three Miles Island, Kychtym, la mer de Barents etc. Si vous connaissez surement les 2 premiers noms il est probable que vous ne connaissiez pas les suivants. Ces noms ont en commun le fait d’avoir été le théâtre d’accidents nucléaires de grande importance qui n’ont (malheureusement?) pas eu le même impact médiatique mais des conséquences communes.

Three Miles Island est une centrale située dans l’est des Etats Unis qui a subi un problème au niveau de son circuit de refroidissement en 1979. Le cœur du réacteur a alors subi une fusion partielle mais l’enceinte de confinement a visiblement tenu le choc ce qui a limité les relâchement dans l’environnement (plus d’infos ici).

Kychtym est une région de Russie qui abritait* des réacteurs du temps de l’URSS dans le but de fabriquer des missiles (ah la belle époque…). Des réservoirs pour stocker les déchets radioactifs avaient alors été construits et c’est un problème de refroidissement les concernant qui a provoqué l’explosion du site rien que ça. Conséquence : 200 morts, 10 000 personnes évacuées, une zone de 250 km² interdite d’accès et des rejets importants dans la nature… C’est seulement en 1976 que le régime soviétique a communiqué dessus soit… 21 ans après l’accident. Même de nos jours très peu en ont connaissance.

Je pourrai aussi vous parler de la mer de Barents, une véritable poubelle nucléaire, mais je pense que vous avez compris le message. Les accidents anciens ou récents sont légions, la carte des accidents nucléaires du site « sortons du nucléaire » devrait finir de vous en convaincre.

Aller je vais quand même vous citer cet accident heureusement sans dommage. Celui de la chute d’un générateur de vapeur au sein de la centrale nucléaire de Paluel en avril dernier… ouf c’était moins une.

* qui en abrite toujours d’ailleurs car sur les 6 réacteurs 5 seulement ont été fermés.

Nos centrales sont tous sauf sures

En 2011, nous pensions être à l’abri d’accidents. Mais un tsunami et la mauvaise réaction de nos amis nippons de Tepco nous a révélé à quel point toutes les mesures et normes ne suffisent à nous prémunir d’une catastrophe. Nos voisins européens s’inquiètent d’ailleurs de la vétusté de nos centrales et du risque que cela leur fait courir. Eux qui ont bien compris que le danger du nucléaire est réel. La radioactivité n’a que faire des frontières dessinées par l’homme… La Suisse et le canton de Genève ont même décidé de porter plainte contre X pour « mise en danger de la vie d’autrui »… et la ministre allemande de l’environnement a écrit à Ségolène Royal pour un motif similaire. Pourtant cela ne semble pas émoustiller nos dirigeants qui continuent de s’entêter. La preuve avec la volonté affichée par notre ministre de l’environnement (sic) de prolonger la durée de vie de nos vieillissants sites…*

danger du nucléaire centrales à risque
A l’heure où tout le monde craint l’accident, il apparaît pourtant totalement irresponsable de vouloir pousser l’utilisation des centrales au delà de ce pourquoi elles avaient été conçues. Mais là où cela devient carrément grotesque c’est quand on voit dans quel état elles sont aujourd’hui! Ainsi l’ASN (Autorité de Sureté Nucléaire) révèle dans un rapport publié récemment des irrégularités sévères dans la fabrication de leurs composants. Des irrégularités corroborées par un autre rapport réalisé par un expert indépendant. Celui-ci a mis en avant que 32 réacteurs sur 58 étaient défectueux et qu’ils constituaient ainsi autant de « Fukushimas possibles ». Et ce n’est pas avec les nouveaux réacteurs EPR que la donne change. Ces derniers aussi connaissent leurs problèmes (en plus de ne toujours pas fonctionner hein…). En effet, dans la course aux profits les fabricants et sous-traitant n’hésitent pas à falsifier des documents prouvant la résistance de leurs produits aux tests de résistance!

Flippant non? Surtout quand on sait que l’Etat (donc nous) n’a plus d’argent et qu’il faudrait investir beaucoup pour réparer tout ça. L’histoire nous enseigne que dans ce cas là nos dirigeants attendent souvent l’accident pour corriger le tir.

* Un prolongement de la durée de vie avait déjà été souhaité sous Sarkozy en 2012.

La menace terroriste est reelle

Je ne suis pas généralement du genre à agiter le spectre terroriste mais le fait qu’attentat et nucléaire ne feraient pas vraiment bon ménage pour qui le subirait… Sans évoquer la fabrication d’armes nucléaires par la Corée du Nord et les craintes longtemps évoquées concernant l’Iran, la menace dont je souhaite faire part concerne directement nos propres centrales nucléaires.

Cette menace a soudainement pris corps lorsque des drones ont survolé 7 de nos sites… Que se passerait-il en effet si une roquette terminait sa course dans un réacteur? Ou si un avion venait s’écraser carrément dessus ? C’est quand même beaucoup plus simple, spectaculaire et efficace qu’une simple voiture piégée non ? Le danger du nucléaire prend aussi cette forme là.

Le fait est que ces sites représentent clairement une faiblesse pour notre sécurité intérieure… et la meilleure réponses à apporter à cette problématique est de ne plus les utiliser.

danger du nucléaire mesures centrales
Bref, que ce soit du fait de la nature des processus de fabrication, de l’état de nos installations ou de la menace terroriste, le danger du nucléaire est avéré. Maintenir cette activité apparaît de nos jours comme totalement irresponsable vous l’aurez compris…

Retour au sommaire sur le dossier du nucléaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *